A Niort : 11h, maison des syndicats, AG des grévistes, 14h, rassemblement devant la DSDEN

En se mettant massivement en grève le 19 mars, les personnels ont signifié leur refus des réformes en cours, et en particulier de la loi Blanquer, au cœur des mots d’ordre. Les manifestations du 30 mars ont permis de montrer l’ampleur du soutien de la population au mouvement. Dans de nombreux départements, des assemblées générales réunissent plus de cent grévistes, parfois jusqu’à plusieurs centaines. Que ce soit par le nombre de grévistes, le nombre de personnes en manifestation ou en AG, cette mobilisation est le signe de la volonté de la construction d’un rapport de force majeur, alors que le ministre tente par tous les moyens d’intimider les personnels mobilisés.
Pour gagner, une seule journée de grève ne suffit pas. C’est ce qu’ont bien compris les grévistes réuni-e-s en assemblée générale, qui ont posé de nouvelles dates de grève dans le paysage. Partout, ces dates sont envisagées comme autant de points d’appui pour construire la grève reconductible. Pour SUD éducation, une chose est claire : c’est aux grévistes de décider de leur calendrier de mobilisation, et SUD éducation les soutiendra dans les choix qui seront effectués.


Dès maintenant, SUD éducation appelle :

  •  à la grève reconductible à partir des dates décidée par les personnels
  •   à la constitution d’assemblées locales regroupant les personnels et les parent d’élèves des écoles, établissements scolaires pour se coordonner, 1er et second degré ;
  • à mettre en débat la grève et sa reconduction sur nos lieux de travail.

La date du 4 avril sera un pivot dans la mobilisation : soyons massivement en grève en manifestation !