Les collègues des EREA sont mobilisé-e-s depuis plusieurs mois dans leurs académies, dont certain-e-s en grève illimitée. Ils/elles protestent contre les suppressions de postes de professeur-e-s des écoles éducateurs/­trices remplacé­-e-­s par des assistant-e-s d’éducation, et demandent le versement de l’ISAE au même titre que l’ensemble des professeur-e-s des écoles.

La journée nationale de grève du 1er juin a été très suivie et un rassemblement a réuni plus de 200 personnes aux Invalides à Paris, à l’appel de l’intersyndicale du 1er degré : CGT éduc’action, SNuipp-FSU, SNudi­ FO et SUD éducation.

Parallèlement, des représentant-e-s ont été reçu-e-s en audience par le ministère comme nous le demandions depuis le mois de janvier. Nous nous félicitons qu’enfin des discussions s’engagent sur la question du statut des PE­ éducateurs/trices, mais le ministère ne revient pas sur sa note de service qui est à l’origine des suppressions de postes.

Un groupe de travail ministériel se réunira le 16 juin et portera sur l’évolution de la circulaire EREA. Mais nous ne sommes pas dupes ; seul le rapport de force permettra d’obtenir gain de cause. C’est pourquoi nous posons comme préalable à toute discussion le gel des suppressions de postes.

SUD éducation encourage donc à poursuivre et amplifier les mobilisations afin d’obtenir par nos luttes :

► l’abandon de la suppression des postes de PE éducateurs/trices ,
► le versement de l’ISAE ou de l’SOE aux PE éducateurs/trices d’EREA,
► la présence auprès des élèves de personnels formés et qualifiés, ce qui suppose le retour de formations spécifiques qualifiantes et l’ouverture de postes spécialisés ,
►un cadre réglementaire légal garantissant, comme ailleurs, le respect des droits statutaires de tou-te-s les enseignant-e-s exerçant en EREA, quelles que soient leurs missions effectives.

Le mouvement de grève reconductible remarquable initié par les PE-éducateurs de l'EREA de St Aubin depuis le 15 mars dure depuis plus de 8 semaines maintenant !

Leurs revendications sont toujours les mêmes : l'annulation de la décision rectorale de supprimer 12 postes de PE-éducateurs dans l'académie. Pourtant, le rectorat joue le pourrissement depuis le début, d'abord, en faisant la sourde oreille, puis en conditionnant la réception des personnels à l'acceptation de leur décision de suppression de postes. Les collègues sont face à un mur !

Les courriers des 3 députés des Deux-Sèvres, les interpellations des organisations syndicales et la détermination des grévistes (marche de 82 km, squat devant le rectorat pendant 5 jours, 3 demandes d'audiences...) ne sont pas considérés par le rectorat, ce qui démontre un mépris certain pour les collègues directement concernés par les décisions absurdes de nos chef-fe-s académiques !

La grève continue,  Le 1er juin, date d'appel intersyndical national à la grève et à manifester devant le ministère à Paris, Sud éducation 79 sera présent avec les collègues de l'EREA de St Aubin pour revendiquer l'abandon de cette décision lamentable.

Communiqué intersyndical SNUipp, SNUDI-FO, CGT-Educ’action, SUD éducation

Le 1er juin tous en grève et tous à Paris

Ensemble pour l’enseignement adapté en EREA

Ensemble pour les personnels et les élèves

Suite à une note de la DGRH du ministère, dans de nombreuses académies, des postes de PE Éducateurs-trices au sein des internats éducatifs des EREA sont supprimés et remplacé-es par des AED, précaires et non formé-es.

Or, la force de l’EREA, c’est d’avoir un internat éducatif en son sein, et d’avoir des personnels formés à l’action pédagogique et éducative auprès de jeunes en difficultés et en décrochage scolaire.

Dans l’académie de Grenoble, ce transfert de missions imposé aux personnels ces dernières années se solde par un dysfonctionnement avéré de l’internat.

Depuis l’annonce de nouvelles suppressions, de nombreuses mobilisations départementales ont lieu  : grève, reconductible ou pas, audience, courrier à la presse, interpellation d’élu-es, ...

Au niveau national, le SNUipp, le SNUDI-FO, la CGT-Educ’action, Sud éducation demandent toujours à être reçus en audience et en urgence pour que soit retirée cette note de la DGRH et pour que soient maintenu-e-s des enseignant-es éducateurs-trices spécialisé-es et formé-es pour ces missions éducatives. Ceci implique la mise en place d’un plan de formation au CAPA-SH capable de répondre aux besoins des établissements.

À cette situation précaire, il convient d’ajouter le non versement de l’ISAE aux PE Éducateurs-trices, ce qui n’empêche pas la ministre de leur écrire pour leur annoncer l’augmentation de l’ISAE. Ni ISOE ni ISAE, double peine pour les PE d’EREA et de SEGPA.

Pour ces raisons, le SNUipp-FSU le SNUDI-FO, la CGT-Educ’action, Sud éducation, appellent à la grève et à un rassemblement à Paris

Le 1er juin 2016 avec les mots d’ordre suivants : :

  • Non au démantèlement des EREA et de l’enseignement adapté du second degré.
  • Oui au maintien des PE Éducateurs-trices à l’internat éducatif.
  • Oui au versement de l’ISAE ou de l’ISOE aux PE d’ EREA.
  • Oui au renforcement de l’enseignement adapté du second degré avec des enseignant-es éducateurs-trices spécialisé-es formé-es et des moyens supplémentaires pour la réussite scolaire de tous les élèves scolarisé-es en EGPA.
  • Oui au respect des projets des équipes des EREA quant à l’organisation et le fonctionnement de l’internat éducatif.

SNUipp, SNUDI-FO, CGT-Educ’action, SUD éducation

[Mise à jour le 04-04-16]

Depuis mardi 15 mars, les collègues de l'EREA de St Aubin le Cloud sont en grève reconductible pour refuser les suppressions de postes de professeurs des écoles éducateurs en internat (PEE). 12 postes de PEE vont être supprimés dans les quatre EREA de l'académie, soit 3 postes d'enseignants dans chaque EREA. A la place ? des surveillants !

L'internat est fermé depuis le début du mouvement, qui débute sa quatrième semaine !

Sud éducation 79 soutient les collègues en lutte, était présent avec eux mardi 15, jeudi 17 devant le rectorat et mercredi 23 mars avec une soixantaine de manifestants devant l'EREA de Poitiers. Ce mouvement, rejoint par les collègues des EREA de Poitiers et de Saintes, inquiète le rectorat, qui n'aime pas la publicité. Le mouvement continue pour une quatrième semaine, avec une journée de mobilisation mardi 5 avril, où plus de 80% des enseignants seront grévistes.

L'IA a tenté de casser la grève en demandant à la directrice de recruter 2 AED afin de faire la nuit des grévistes cette semaine. Devant la mobilisation des personnels qui ont immédiatement menacé de porter l'affaire devant le tribunal administratif, le DASEN a reculé en invoquant de "questions juridiques à lever." L'internat est toujours fermé cette semaine ! La solution, c'est l'annulation de la décision. Cette manoeuvre montre le mépris que porte le rectorat pour les enseignants éducateurs, et pour leurs missions auprès des élèves.

Les collègues reçoivent quotidiennement des témoignages de soutien de la part des élèves et de leurs parents. Le pique-nique partagé de samedi dernier avec les parents et des élèves a été un succès.

Vous trouverez en pièce jointe les communiqués de presse rédigés par les collègues.

La lutte risque d'être longue ! Il faut les soutenir ! >>Une caisse de soutien aux grévistes<< se remplit. Vous pouvez faire un don, même un petit, pour que les collègues puissent tenir le plus longtemps possible.

Vous pouvez aussi signer la pétition qui a déjà atteint les 1600 signatures et visiter la page facebook des EREA de l'académie.

Nous listons ci-dessous les différents liens vers les articles et émissions de presse sur le sujet :

Lire la suite : L'EREA F. Dolto : Le DASEN tente de briser la grève et recule !