Le 19 octobre 2020, Patrick Cohen s’en prenait violemment dans une chronique de l’émission C à vous à SUD éducation. Au lendemain d’un rassemblement Place de la République à Paris auquel participait SUD éducation en hommage à Samuel Paty, Patrick Cohen est allé dans sa chronique jusqu’à prétendre que SUD éducation faisait partie des organisations ou personnes qui “excusent les bourreaux”. Il s’appuyait sur une altération des propos tenus par un cosecrétaire fédéral de SUD éducation au micro de France inter.

 

Le CDJM a pu relever que l’intervention de ce cosecrétaire reposait sur « deux idées : premièrement le deuil, le recueillement et la solidarité, et deuxièmement le refus d’une exploitation de l’assassinat de Samuel Paty dans un “déferlement d’islamophobie” ».

Il était donc contraire aux règles élémentaires de la déontologie journalistique de déclarer comme l’a fait M. Cohen que « ce qui inquiète d’abord ce syndicaliste c’est le risque d’offense aux musulmans ».

Le CDJM a donc estimé que la saisine formée par SUD éducation était fondée.

SUD éducation se félicite de cette décision du CDJM, et rappelle son attachement à la liberté de la presse comme la liberté d’expression.